Coup de coeur

Le Pont

Rivedoux



Le pont de l'Île de Ré, livré en mai 1988, fut l'objet de long et vifs débats qui avaient commencé au début du XX ème siècle ! Il mesure 2,927 mètres, c'est le deuxième pont le plus long de France. Financé par le Conseil Général de la Charente-Maritime, il remplaça le système de bacs, pour un budget de 59 millions d'euros. Constitué de 6 viaducs qui furent posés les uns à la suite des autres sur 28 piles, le pont culmine à 42 mètres au dessus du niveau de la mer, pour laisser passer les hauts navires. Le record de fréquentation date de 2009 avec plus de 16 000 passages en une journée.







En savoir plus

Coup de coeur

03. Le fort de la Prée

La Flotte en Ré



Le fort de La PréeAbbaye des Chateliers qui, à l'époque, était déjà en ruine. Son emplacement est très stratégique : situé sur un endroit haut, il permettait de surveiller tous les bateaux qui venaient du Pertuis Breton à La Rochelle. A l’intérieur, une grande place carrée est encadré de quatre bastions. Longtemps géré par l'Administration Pénitentiaire, ils est désormais ouvert à la visite.


En savoir plus

Coup de coeur

04. La Citadelle

St Martin de Ré



La construction de citadelle de Saint-Martin, imaginée par Vauban, débuta en 1681 et fut achevée en 1685. Elle fut montée sur les ruines d'une ancienne. L'ouvrage mesure 280 mètres de côté, possède son propre petit port et pouvait accueillir plus de mille hommes, des magasins à poudre, une chapelle... La citadelle ne connut qu'une attaque en 1696, des flottes anglaises et hollandaises et devint rapidement une prison royale. Des prêtres réfractaires, en 1798, aux Communards puis aux bagnards, la citadelle est toujours de nos jours un lieu d'enfermement. En 1970, on ajouta la caserne Toiras, à l'entrée de la ville, qui complète désormais la plus grande Maison Centrale de France avec 500 détenus. L'Administration Pénitentiaire a toujours joué un grand rôle dans l'économie Rétaise, même si elle est toujours cachée de la vue des touristes...


En savoir plus

Coup de coeur

05. Le monument aux morts

La Couarde sur mer



C'est après la première guerre mondiale que le monument aux morts fut érigé, à La Couarde. A l'initiative de l'instituteur du village, Gaston Bonnin, qui perdu un de ses enfants, l'aigle allemand y figure terrassé. L'histoire raconte que le projet architectural fut dessiné sur un mur, lors d'un repas. Il est unique en France et pendant la seconde guerre mondiale, l'aigle fut caché par les Couardais pour ne pas être fondu par les allemands.


En savoir plus

Coup de coeur

07. La Poudrière

St Martin de Ré



La Poudrière Saint-Louis fut érigée en 1685. Elle est située à l'abri des bombes, juste derrière les remparts de la ville de la Saint Martin de Ré. On l’aperçoit en venant de La Flotte. Peu remaniée depuis, elle possède d'épais murs que des contreforts viennent renforcer. On pouvait stocker à l’intérieur cinquante cinq tonnes de poudre. C'est un élément récurent dans les fortifications de Vauban.


En savoir plus

Coup de coeur

08. Le Kiosque

La Couarde sur mer



Situé à côté de l'église, le kiosque à musique est le dernier témoin sur l'île de Ré. Construit en 1895, il fut restauré entièrement en 1989 grâce à la générosité des Couardais. Depuis plus de cent ans, chaque fin de semaine dans l'été, un concert est donné par des musiciens de l'île de Ré rassemblés en harmonies, banda ou formation swing.


En savoir plus

Coup de coeur

09. La Coopérative

Le Bois Plage en Ré



La Coopérative des vignerons de l'île de Ré est issue d'un syndicat crée en 1890. Elle fut construite en 1951 pour lutter, à l'époque, contre la crise de la viticulture. Elle regroupe désormais les vignerons et les maraichers. Côté vignerons, Ré produit de nos jours des vins de cépages et d'assemblages, du pineau, du cognac et des vins mousseux. Côté maraichage, le produit phare est la pomme de terre de l'île de Ré, une Appellation d'Origine Protégée (AOP). Deux variétés sont cultivées : l'Alcmaria, en primeur puis la .


En savoir plus

Coup de coeur

10. Les Blockaus

Le Bois Plage en Ré



C'est en 1940 que les Allemands avec l’organisation Todt ont construit plus de 35 ouvrages pour défendre la base de La Rochelle qui abritait les sous marins : les U-Boot. Chaque point fortifié, depuis Saint-Martin, portait un prénom féminin et un numéro. Au Bois Plage, se trouvait le capitaine responsable de toute l'artillerie de l'ile de Ré. Sur la dunes, on trouve encore de nos jours la deuxième plus importante position d'artillerie, son poste de commandement semi enterré et un observatoire extérieur, ce sont les positions Fanny et Herta. Elles pouvaient accueillir un canon de 150 mm, qui fut ferraillé à la fin de la guerre.


En savoir plus

Coup de coeur

11. Le moulin du Morinant

Le Bois Plage en Ré



Le moulin du Morinant est le seul resté intact sur l'Île de Ré. Pourtant, au XVII siècle, on recensait 76 moulins à vent et 7 à marée. Le blé était autrefois importé, et il fallait fournir en farine les 17 000 habitants qui peuplaient l'Île de Ré à l’époque. La farine était également vendue comme ravitaillement aux navires en escale dans les ports Rétais. On trouve également, à Ars-en-Ré, de nombreux moulins reconvertis en habitations secondaires.


En savoir plus

Coup de coeur

12. Le fort du Grouin

Loix en Ré



Depuis 1949, le fort du Grouin appartient à un particulier. Sa construction débuta en 1860, après plusieurs projets. Parfaitement conservé car jamais attaqué, c'est un symbole de l'architecture du XIX ème siècle. Autrefois desservi par un pont levis, il fut déclassé en 1881.


En savoir plus

Coup de coeur

13. Le moulin à marée

Loix en Ré



Les moulins à eau, ou moulins à marée, furent construits dans l'Île de Ré au début du XIII ème siècle. Il servaient alors à moudre le blé mais aussi à créer des « chasses » d'eau pour enlever la vase qui se déposait dans les canaux des marais. On compta jusqu'à 8 moulins à eau sur le territoire. À Loix, le moulin date du XVII siècle, il fut transformé en laverie de sel avant de devenir, à partir de 1896 une résidence.


En savoir plus

Coup de coeur

14. La gare du port

Ars en Ré



En 1898, le petit train de l'Île de Ré : L'Economiques des Charentes fut mis en service, un souhait du Conseil Général de l'époque. Le « Tortillard » desservait toute l'île et la gare du port d'Ars-en-ré est l'un des seuls témoins de cette rocambolesque histoire. Il a fallut plus de 3000 expropriations pour construire ces voies métriques et le sel, charbon et bois furent vite remplacés par les touristes, les premiers « baigneurs ». Si tout allait bien ( ce qui était rare ! ) le train roulait à 30 km/h au maximum. Il fut détrôné par les autobus à la fin des années 1930.


En savoir plus

Coup de coeur

15. La sardinerie

Ars en Ré



C'est au lieu dit La Grange que fut construite une usine à sardine en 1910. À l'époque, les alentours de l'Île de Ré regorgeaient de sardines et l'on construisit en 1916 une jetée longue de 70 mètres pour accueillir les bateaux. Les sardines emboitées étaient ensuite acheminées avec le train, au port, pour être embarquées. L'usine ferma ses portes en 1939 et les bâtiments furent détruits par l' : une grande cheminée était trop visible, en mer.


En savoir plus

Coup de coeur

16. Karola

Ars en Ré



C'est à Ars-en-Ré que furent construits les structures d'observation et de commandement opérationnels du Mur de l'Atlantique. Sur le front de mer, nombre de petits blockaus formaient la position Kathe, puis plus en arrière, la position Kora recevait quatre canons français de 1917 pouvant tirer à 23 Km, sur 360 °. Dans le petit bois de La Combe à l'Eau, se trouve encore la position Karola : une tour de béton à six niveaux qui comportait une base de commandement et un télémètre de 11 mètres de long.


En savoir plus

Coup de coeur

17. Le hangar à sel

Les Portes en Ré



C'est dans un ancien hangar à sel que se trouve l'association de la Ligue pour la Protection des Oiseaux, créé en 1912 à Rochefort. Rebaptisée La Maison du Fier, cet imposant bâtiment noir en forme de demi lune est le point de départ des visites de Lilleau des Niges, la réserve naturelle nationale qui couvre presque l'ensemble du Fier d'Ars-en-Ré. Le hangar fut construit en 1914 et restauré en 2000. Au début du XX eme siècle, on en comptait une dizaine, construits en bois pour abriter les récoltes de sel.


En savoir plus